• Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Mon âme a un chapeauJ'ai compté mes années et j'ai trouvé que j'ai moins de temps à vivre d'ici que ce que j'ai vécu jusqu'à maintenant.

    Je me sens comme cet enfant qui a gagné un paquet de bonbons, les premiers, il les a mangés avec plaisir, mais quand il s'est rendu compte qu'il en restait peu, il a commencé à les goûter intensément.

    Je n'ai plus de temps pour des réunions interminables où les statuts, les règles, les procédures et les règlements internes sont discutés, sachant que rien ne sera fait.

    Je n'ai plus le temps de soutenir des gens absurdes qui, malgré leur âge canonique, n'ont pas grandi. Mon temps est trop court, je veux l'essence, mon âme est pressée. Je n'ai plus beaucoup de bonbons dans le paquet.

    Je veux vivre à côté de gens très humains qui savent rire de leurs erreurs, qui ne sont pas gonflés par leurs propres triomphes, qui prennent leurs responsabilités pour eux-mêmes. De cette manière, la dignité humaine est défendue et l'on vit dans la vérité et dans l'honnêteté. C'est l'essentiel qui rend la vie utile.

    Je veux m'entourer de gens qui savent toucher les coeurs, de ceux à qui les durs coups de la vie ont appris à grandir avec de douces touches de l'âme.

    Oui, je suis pressé, je suis pressé de vivre avec l'intensité que seule la maturité peut donner.
    Je n'ai pas l'intention de gaspiller aucun des desserts restants. Je suis sûr qu'ils seront exquis, beaucoup plus que ceux mangés jusqu'ici.

    Mon but est d'atteindre la fin satisfait et en paix avec mes proches et ma conscience.

    Nous avons deux vies et la seconde commence quand vous réalisez que vous n'en avez qu'une.

    Poème de Mario de Andrade (San Paolo 1893-1945)
    Poète, romancier, essayiste et musicologue.
    Un des fondateurs du modernisme brésilien.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Pour démarrer, êtes-vous prêt-e à 

    1. acheter un objet avec d'autres
    2. faire partie d'une société coopérative en investissant 1000 CHF par mètre carré que vous allez occuper en parts sociales
    3. vous engager à louer un espace en signant une promesse de bail de l'objet acheté
    4. rester solidaire et chercher des solutions si les finances sont en déséquilibre
    5. prendre la responsabilité d'un ou plusieurs projets (entretien du lieu, B&B, fabrication de savons, gestion d'une salle de cours, etc)
    6. participer à des travaux communs
    7. retrousser les manches et ne pas fuir quand l'adversité se manifeste
    8. contribuer avec un esprit joyeux et positif à la bonne marche du lieu
    9. vous engager avec enthousiasme dans un projet
    10. faire preuve de solidarité et d'humanité (charte)

    Principes de fonctionnement (modèle Ecopol)

    1. Pour démarrer, il vous fautS'engager dans un processus d'apprentissage individuel et collectif permanent
    2. S'écouter réciproquement, se donner la parole
    3. Faire ce qu'on dit et dire ce qu'on fait
    4. Tout projet est attribué à un-e seul-e responsable, au mérite (qualité et quantité de contributions passées)
    5. Avant de se considérer comme déchargé-e des prestations que l'on s'est engagé-e à fournir, demander une validation à ses « clients »
    6. Reconnaître l'incertitude en s'adaptant aux imprévus
    7. Exprimer ses difficultés aux personnes directement concernées et non pas à des tiers
    8. Adopter un comportement plus modéré si on nous le demande (ma liberté s'arrête là où commence celle des autres )
    9. Pratiquer l'alerte préventive de conflits (communiquer ses propres limites à respecter) et la médiation si les limites sont franchies
    10. Contribuer à faire évoluer et compléter ces règles après les avoir pratiquées quelque temps

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
    • Dialogue pour un écolieuDepuis que vous m'avez parlé de l'idée d'un Bed & Breakfast communautaire et que j'ai vu les photos du Château de Granges-Marnand... je n'arrête plus de rêver...
    • Moi aussi ! Ah tiens, c'est sur le Canton de Vaud !
    • Et je me pose également des questions concrètes. J'espère que ça ne vous embête pas d'y répondre.
    • A combien devrait s'élever le montant des fonds propres par personne ?
    • On parle de 1000 chf par futurs m2 habités.
      Par exemple, pour moi une belle et grande pièce de 40 m2 m'irait bien. Donc pour moi 40'000 chf. Pour l'acquisition d'un bien, habituellement, il faut compter entre 20 et 25 % de fonds propres. Pour Granges-Marnand, cela ferait 900'000 chf à 1'100'000 chf.
      Le Canton et la Confédération accordent des prêts. 
      Il faudrait se fixer sur l'objet car il y en a d'autres, et ensuite faire une étude de projet.
      Les personnes signent en parallèle une lettre de promesse de prendre un bail le moment venu.
    • Quels seraient les statuts juridiques des copropriétaires, cohabitants?
    • Il y a une société coopérative existante "Bâtir groupé" que nous pourrions utiliser en devenant membre et en achetant des parts sociales pour le montant correspondant au nombre de m2 que nous désirons occuper multiplié par 1000.
      Nous pourrions aussi créer notre propre coopérative.
      La coopérative, c'est le statut juridique le mieux adapté il me semble.
    • Y a-t-il des agriculteurs, maraîchers qui sont intéressés par le projet?
    • Pour l'instant, dans le projet, il n'y a pas d'agriculteur ou de maraîcher.
      A première vue, trouver un paysan qui serait d'accord de se joindre à nous serait une bonne idée, d'autant plus que beaucoup de paysans avec petite à moyenne entreprise "tirent le diable par la queue".
    • Je vous souhaite une très bonne prochaine réunion.
    • Oui merci, c'est le 16 septembre et puis les 16 de chaque mois.
      Ce qu'il faut pour que le projet démarre, c'est un groupe de personnes volontaires, prêtes à s'engager, prêtes à retrousser les manches, à investir leurs économies ou leurs 2e piliers, d'accord aussi de rester solidaires si tous les logements ne sont pas loués.
    • Merci d'avance pour toutes ces informations et cordiales salutations
    • Avec plaisir !

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire