• Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Dans la chaire de construction durable de l’ETH à Zurich, nous transformons les propriétés de la terre de façon à pouvoir travailler avec autant de facilité sur le chantier qu’avec du béton de ciment. Les sels que nous ajoutons transforment les techniques de mise en œuvre mais pas le matériau qui reste un matériau de construction à très faible impact environnemental.
    De plus, les études des flux de matériaux en ville montre que ce matériau terre est de loin le matériau le plus abondant et le plus accessible dans nos villes modernes.

    Présentation de terrabloc par Rodrigo Fernandez et Laurent de Wurstemberger

    Débat avec les étudiants en architecture et ingénierie de l'EPFL

    et Pierre Frey, historien, Prof. honoraire EPFL
    Corentin Fivet, ingénieur civil architecte, professeur EPFL
    Roger Boltshauser, architecte, professeur invité EPFLModération Catherine Nachbar

    La popularité de la terre est symptomatique d’une génération de constructeurs marquée d’une part par une volonté de retour à des valeurs traditionnelles, et par une évolution exponentielle de la performance technologique d’autre part. Son utilisation dans la construction soulève en conséquence de nombreux questionnements pour les architectes et les ingénieurs.
    Afin que la terre crue ne demeure pas l’objet d’un simple engouement épisodique mais puisse s’élever au rang de véritable alternative constructive, il convient de penser aussi bien en termes de philosophie du matériau que de matérialité.

    TERRABLOC

    bureau rue du Beulet 4 - CH-1203 Genève
    site de production - chemin des Grangettes 3 - CH-1165 Allaman

    info@terrabloc.ch - www.terrabloc.ch

    Rodrigo FERNANDEZ : + 41 79 412 74 15
    Laurent de WURSTEMBERGER : + 41 79 219 85 33

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • www.domahabitare.ch

    Doma habitare à Sainte-Croix

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Télécharger « article domahabitare.pdf »

     

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Avec une part de marché de 9 % en France en 2008 contre 5 % en 2007, nul doute que la construction en bois progresse. En effet, le bois est aujourd'hui très tendance dans la décoration d’intérieur et la construction.

    Un phénomène intéressant puisque le bois offre des promesses très positives pour l’environnement :

    • c’est une ressource renouvelable (surtout s’il est issu de forêts gérées),
    • il absorbe puis stocke le CO2,
    • c’est un matériau isolant qui permet de réduire d’environ 30 % la consommation annuelle d’énergie,
    • la construction bois est à la fois précise, rapide et presque sans déchets…

    Le précurseur de cette « redécouverte du bois » est Patrick Marsilli qui a conçu son premier Domespace en 1988.

    Le Domespace, c’est quoi ?

    La caractéristique principale de ce concept est de créer un habitat rond et rotatif. De cette façon, vous pouvez « tourner » votre maison, selon la position du soleil, du vent, de la lune, du bruit…

    Cette rotation peut se faire grâce à un pilotage électronique et un moto-réducteur, ou manuellement, par la poussée exercée par deux ou trois personnes poussant en périphérie.

    Selon les utilisateurs de ces maisons, la rotation ne se ressent pas lorsque l’on se trouve à l’intérieur…

    Comme l’explique l’inventeur du concept, Patrick Marsili : « je pense que le Domespace est une architecture contemporaine. C’est une maison en bois, un matériau recyclable, qui utilise des composants propres. »

    (…) « C’est une maison intelligente et pas seulement parce qu’elle tourne en suivant la course du soleil ! Le Domespace intègre la domotique, s’adapte à l’énergie solaire, est para-sismique, para-cyclonique, limite la radioactivité. Un habitat disponible pour ceux qui rêvent d’un futur convivial, chaleureux et nécessairement respectueux de notre planète ».

    De la forme d’une demi-sphère, cette maison originale a été honorée par le prix de la fondation fédérale pour l’environnement dès 1994.

    • Depuis 1988, environ 150 Domespaces ont été conçus en France et à l’étranger (Etats-Unis, Suisse, Allemagne, Espagne, Taiwan…).

    Le Domespace est une construction à l’empreinte écologique idéale. Les bois sont certifiés FSC ou équivalent et non-traités, et les colles utilisées sont conformes aux normes écologiques les plus rigoureuses.

    En plus de ces choix minutieux de matériaux, le Domespace est très bien isolé (les différents modèles revendiquent une classe A sur l’étiquette énergie des bâtiments) et sa forme ronde limite les déperditions d’énergie.

    • L’empreinte écologique du Domespace est intéressant de par la sélection des essences durables et non traitées, son isolation, et surtout par sa rotation qui permet de réguler la température ambiante.

    Un Domespace se chauffe avec très peu d’énergie grâce à sa forme.
    En effet, la sphère est le volume qui a le moins de surface
    «contenante» (surface de contact entre l’intérieur et l’extérieur).
    Cela entraîne moins de pertes énergétiques l’hiver et moins d’apport de chaleur l’été.

    La coque d’un Domespace est constituée exclusivement de bois et plus particulièrement de liège, matériau particulièrement isolant. Les parois peuvent faire 30 à 40 cm d’épaisseur, soit deux à trois fois plus que l’ossature bois traditionnel.

    • Aujourd’hui plus de 30 % des Domespace vendus sont autoconstruits.

    Ainsi, la rotation permet d’éviter les pertes énergétiques tout en luttant activement contre l’effet de serre. Pour les poseurs, il offre des conditions de travail saines et évite la contamination de la zone de construction.

    Un matériau véritablement écologique ne
    doit avoir besoin d’aucun traitement (chimique ou thermique) pour
    durer. Il doit être durable par nature. S’il ne dure que quelques
    années avant d’être changé, le bilan énergétique devient contestable.

    Tous les matériaux d’un Domespace peuvent être réutilisés. Ils peuvent également être récupérés pour produire de l’énergie… c’est la valorisation énergétique.

    Accompagné de solutions complètes (panneaux solaires, système de récupération d’eau de pluie ou encore un puits canadien), le Domespace incarne une maison bioclimatique, pouvant devenir énergétiquement indépendante.

    En bref…

    Le Domespace c’est que du bon :

    • C’est une maison saine, puisqu'elle est construite en bois et l’isolation est en liège.
    • Elle est rotative. Vous pouvez tourner votre dôme (automatique ou manuellement) en fonction du soleil, contre le vent…
    • C’est une maison lumineuse, vous avez plusieurs ouvertures sur le haut du dôme.
    • Elle résiste très bien au vent. Le Domespace est anti-sismique et anti-cyclonique,
    • C’est une maison atypique…laissez-vous tenter !

    Article rédigé par Elwina, mars 2009 - www.consoglobe.com

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • WAOUH ! Vivement que ce vélo soit commercialisé. J’espère qu’il sera disponible pour tout le monde !

    Energie : Il invente un vélo qui permet d’alimenter votre maison en électricité durant 24 heures en pédalant 1 heure.

    Un grand MERCI à cet inventeur de génie qui créé et invente pour améliorer le bien-être de ses concitoyens.

    https://terrehap.fr/invente-velo-permet-dalimenter-maison-electricite-durant-24h-pedalant-1h/

    Seriez-vous prêts à pédaler une heure tous les jours si cela pouvait alimenter votre maison en énergie pour 24 heures ?

     

    Plus de la moitié de la population mondiale n’a pas aujourd'hui accès à l’électricité, ou seulement pour deux ou trois heures par jour. Or, sans électricité, pas de lumière, pas de progrès technique, pas de progrès humain. Mais grâce à cet homme, l’accès à l’électricité pourrait bien se démocratiser.

    Dans le cadre de son initiative « Billions in Change », le milliardaire Manoj Bhargava a dévoilé une invention révolutionnaire : un vélo capable de fournir de l’électricité aux foyers qui n’en ont pas ou peu. Dès l’année prochaine, quelque 10.000 de ces vélos pourraient être installés en Inde. Et, à terme, on pourrait en trouver partout.

    Il s’agit ici d’un vélo hybride capable de fournir de l’électricité grâce à l’énergie mécanique humaine. Le principe est « simple » : En pédalant sur ce vélo, l’action entraine un volant d’inertie, qui entraine un générateur et charge une batterie. Cela signifie qu’en une heure de pédalage seulement, un ménage rural pourrait alimenter son foyer en énergie pendant 24 heures. Une révolution pour une bonne moitié du monde.

    Le petit plus ? Vous respectez l’environnement, et vous faites de l’exercice. Que demande le peuple ?

    Source :  NationalGeographic.com

    Copié/collé de i-choose-love.over-blog.com

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Une maison autarcique à Châtillon, FribourgBienvenue sur le site internet de la première maison autarcique, low-tech et permaculturelle de Suisse ! www.en-autarcie.ch

    Sur ce site vous trouverez tout ce qu’il vous faut pour comprendre les tenants et aboutissants de la construction d’une maison écologique autarcique.

    Par la réalisation d’un chantier modèle, nous voulons présenter les techniques de construction modernes et écologiques: paille, énergie solaire, récupération d’eau de pluie, bassin naturel, permaculture, tout y est.

    A travers des journées d’information, des séminaires et des visites de chantier, vous avez aussi la possibilité de participer à ce projet innovant. Nous vous souhaitons une belle découverte de notre projet pilote de construction permaculturelle.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire