• Copié/collé de geeko.lesoir.be article de Florentin Franche - 26 octobre 2018

    Un système permettant d’extraire quotidiennement 2000 litres d’eau potable de l’atmosphère sans rejeter un seul gramme de carbone a remporté le concours XPrize. Une invention porteuse d’espoir dans les zones où l’accès à l’eau potable est pratiquement impossible.

    En 2016, la fondation XPrize lance le programme Water Abundance. L’objectif du concours : mettre au point un système capable de produire de l’eau potable avec l’air ambiant pour seule matière première. Les critères du concours sont stricts : les générateurs devront produire un minimum de 2000 litres d’eau par jour, n’utiliser que des énergies renouvelables et ne pas dépasser un coût de 2 cents par litre.

    Pari réussi pour Skysource et Skywater Alliance, le couple de Californiens à la tête du groupe et leurs équipes ont mis au point un système baptisé WEDEW (“wood-to-energy deployed water”) qui remplit toutes ces conditions. Ils ont été récompensé par un prix d’1,5 millions de dollars.

    Le principe du système consiste à condenser l’atmosphère en faisant entrer l’air chaud en contact avec de l’air froid dans de grandes conteneurs métalliques. Le gouttes formées sont alors récoltées dans des cuves où les habitants des zones asséchées pourraient se servir.

    Un tel procédé existait déjà mais nécessitait une importante consommation d’électricité, le défi relevé par les équipes de Skysource/Skywater Alliance était de mettre au point un système parfaitement écologique. Tout le système est alimenté grâce à l’énergie solaire ou par la combustion de biocarburants. Mieux encore, il produit du biochar, un charbon de bois qui favorise la croissance des plantes.

    Le système WEDEW offre l’avantage d’être facile à installer. Il ne nécessite aucun raccordement à un réseau et peut donc facilement être utilisé en cas de catastrophes naturelles, quand l’eau potable vient à manquer, pour les ménages et même l’agriculture.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Copié/collé de www.fr.ch

    Le canton de Fribourg met en place, dans le cadre du concept Senior+, une aide financière pour soutenir des projets intergénérationnels qui favorisent l’échange de compétences et le soutien entre les générations.

    Un soutien financier de 80 000 francs par année est attribué par le canton de Fribourg dans le cadre du concept Senior+. Il a pour objectif de soutenir des projets qui favorisent l’échange de compétences et le soutien entre les générations en dehors du cadre familial.

    Les projets intergénérationnels seront sélectionnés par un jury composé de cinq personnes représentant aussi bien les personnes âgées que les jeunes ainsi que le Service de la prévoyance sociale. La marche à suivre et des informations supplémentaires sont disponibles sur ici.

    Selon le rapport social 2012, 80% des 15-44 ans ne travaillent jamais avec des personnes de plus de 70 ans, ni dans la vie professionnelle, ni dans des activités bénévoles. Cette situation peut contribuer au développement de préjugés et accentue les cloisonnements au sein de la société. Avec le vieillissement de la population, il est nécessaire de développer davantage les échanges intergénérationnels. L’aide financière de Senior+ vise à favoriser ce genre d’initiatives.

    Exemples de projets intergénérationnels dans le canton de Fribourg

    Divers projets intergénérationnels ont déjà été mis sur pieds dans le canton de Fribourg.

    Une série intergénérationnelle sous forme de documentaire est actuellement en cours de réalisation par les jeunes des ateliers cinéma des Maxi Beaux-Arts avec le réalisateur fribourgeois indépendant Baptiste Janon. Cette web-série intitulée « Parlez-moi d’amour » immortalise les rencontres de ces jeunes avec des personnes âgées en EMS. Ils échangent leurs expériences autour d’une thématique intemporelle qui, malgré la différence d’âge, semble être commune à toutes et à tous : l’amour. 

    Trois épisodes sont déjà disponibles. Les 6 autres épisodes seront disponibles pour le public à la fin de l’année 2018.

    Une fête intergénérationnelle Generationenfest Bösingen a été organisée du 30 août au 2 septembre 2018 à Bösingen sur la thématique «les traces que laisse le passage du temps». Ce sont les jeunes de la commune qui ont mis sur pied cet événement pour favoriser la rencontre des générations. Des soirées cinéma et des activités de musique et de chant ont notamment été au programme de cette fête intergénérationnelle (www.generationenfest-boesingen.ch).

    La Jeune Chambre Internationale de la Veveyse a lancé en 2017 un projet intitulé « Seniors et Intergénérationnel ». L’objectif de ce projet est de générer des activités pour promouvoir la solidarité et le partage des savoirs entre générations en Veveyse, en utilisant notamment les connaissances des seniors. Des thés dansants ont déjà été organisés et un programme d’activité est actuellement en cours de préparation. 

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Copié/collé de www.futura-sciences.com

    Merci Marie-France

    Des scientifiques estoniens ont créé un matériau semblable à du béton fabriqué principalement à partir de tourbe moulue et de cendres de schiste bitumineux. Utilisable avec une imprimante 3D, celui-ci pourrait permettre de faire baisser drastiquement le coût de construction d'une maison.

    Diviser par dix le coût de fabrication d'une maison individuelle, c'est la promesse faite par une équipe de chercheurs de l'université de Tartu et de l'université des Sciences de la vie, en Estonie. Ils ont créé un matériau de construction à partir d'un mélange de tourbe moulue et de cendres de schiste bitumineux qui peut être travaillé avec une imprimante 3D (voir l'article scientifique paru dans Sustainable Materials and Technologies).

    Présente en grande quantité en Estonie, la tourbe n'est pas utilisée en construction car elle pose un problème de séchage. C'est précisément cet aspect sur lequel les chercheurs ont travaillé. Ils ont eu l'idée de mélanger la tourbe à des cendres de schiste bitumineux (7 millions de tonnes par an dans le pays) dont la teneur élevée en pH s'avère idéale pour les matériaux de construction.

    Un matériau étanche et un bon isolant thermique

    Au contact des acides humiques que contient la tourbe, les cendres de schiste bitumineux absorbent le dioxyde de carbone. S'ensuit une réaction chimique qui transforme le mélange en béton. La mixture est complétée par l'adjonction de fumée de silice qui, selon les chercheurs, améliore la qualité du produit final. Le temps de prise est de 24 heures.

    Au final, on obtient un matériau qui est à la fois étanche et un bon isolantthermique et phonique. En prime, celui-ci est non-inflammable. Selon les calculs des chercheurs, le coût pour la construction des murs d'enceinte d'une maison imprimée en 3D à partir de ce matériau avec une surface de plancher de 100-150 mpourrait être d'environ 5.000 euros. On attend avec intérêt de voir les premiers exemples de construction avec cette technique.

    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    2 commentaires
  • Partager via Gmail

    3 commentaires
  • Artiste, Musicien, Vidéaste, Acteur · 1992 à aujourd'hui
    J'ai toujours été passionné par l'image en mouvement et depuis que j'ai un smartphone, je filme. 
    L'outil vidéo est le meilleur moyen de toucher les êtres par internet. J'ai commencé à filmer avec ma première gopro, puis j'ai fait mon premier montage de clip vidéo jusdapama pour mon groupe de musique jedapama (plus de 10 000 vues.)
    Ayant une aisance naturelle avec la technologie je monte aujourd'hui des vidéos professionnellement avec Final cut pro X pour des association, groupe de musique, personnages publics, ONG ainsi que pour mes propres activités
     

    Le nouveau monde est là ! En faites vous partie ? Moi oui !
    Nous pourrions exiger maintenant la libération de l'énergie dans le monde entier !

    L’INDE ne supprimera pas la GÉNÉRATRICE d’énergie libre -TEWARI - malgré les menaces du Royaume-Uni, des États Unis, et de l’Arabie Saoudite.

    L’Inde considère que son propre programme d’énergie libre, est une question de fierté nationale, et est tout à fait disposé à risquer de se mettre à dos les pays du pétrodollar, en apportant son support au générateur AC sans réaction synchrone (RLG) inventé par son propre citoyen, Paramahamsa Tewari, un ingénieur électricien, et ancien directeur exécutif du Nuclear Power Corporation of India.

    L'énergie libre n'est plus un secret, nous sommes conscients des technologies existantes :

    - le moteur MINATO [ https://www.youtube.com/watch?v=uxkMwNFEm9o ]
    - le LLW9 [ https://www.youtube.com/watch?v=nUgdCubBZ5g ]
    - le T puissance H20 [ https://www.youtube.com/watch?v=jV8rpumumxo ]
    - la machine Prioré [ https://www.youtube.com/watch?v=xRycmBd0gXs ]
    - les découvertes de Nikola Tesla [ https://www.youtube.com/watch?v=6tcTwW2_WrU ]
    - la technologie de stockage d'énergie opérationnelle depuis 7 ans expliqué par Marc Auburn [ https://m.youtube.com/watch?v=sYPnJe10oZg ]
    - la fondation Keshe [ https://www.youtube.com/watch?v=aFfZeKAQH_M ]

    En tant que pays en démocratie (Régime politique, système de gouvernement dans lequel le pouvoir est exercé par le peuple, par l'ensemble des citoyens.), nous souhaitons et demandons l'accès et la distribution des technologies à 'Energie Libre' dont nous ne pouvons plus nier l’existence aux citoyens Français.

    Très Cordialement

    Politique - Signez la pétition : Nous demandons la divulgation officielle et la distribution des énergies libres
    MESOPINIONS.COM
     
    Partager via Gmail Pin It

    votre commentaire
  • Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Copié collé de positivR

    Cloud House, c'est le nom de cette cabane en bois poétique située aux États-Unis. Elle invite les passants à ralentir et à prendre le temps d'observer la nature.

    Cloud House est un système unique de collecte d’eau qui utilise de manière créative la pluie qu’elle recueille pour arroser des plantes comestibles libres à la cuillette. Le but ? Offrir un petit coin de poésie et de sérénité aux passants, et leur permettre de poser un autre regard sur les végétaux qu’ils consomment, en prenant le temps de les voir pousser.

    Située au Farmers Park de Springfield, dans le Missouri, Cloud House est un petit refuge en bois des plus poétiques. Son fonctionnement ? Les jours de pluie, un système de gouttière dirige l’eau qui s’écoule du toit en tôle vers un réservoir de stockage situé sous la maison. Lorsque les promeneurs prennent place sur les chaises à bascule, leur mouvement de balancier déclenche un système de pompe qui fait remonter l’eau de pluie vers le nuage, permettant d’arroser les plantes situées dans les cadrans des fenêtres.

    Partager via Gmail

    votre commentaire
  • Dans la chaire de construction durable de l’ETH à Zurich, nous transformons les propriétés de la terre de façon à pouvoir travailler avec autant de facilité sur le chantier qu’avec du béton de ciment. Les sels que nous ajoutons transforment les techniques de mise en œuvre mais pas le matériau qui reste un matériau de construction à très faible impact environnemental.
    De plus, les études des flux de matériaux en ville montre que ce matériau terre est de loin le matériau le plus abondant et le plus accessible dans nos villes modernes.

    Présentation de terrabloc par Rodrigo Fernandez et Laurent de Wurstemberger

    Débat avec les étudiants en architecture et ingénierie de l'EPFL

    et Pierre Frey, historien, Prof. honoraire EPFL
    Corentin Fivet, ingénieur civil architecte, professeur EPFL
    Roger Boltshauser, architecte, professeur invité EPFLModération Catherine Nachbar

    La popularité de la terre est symptomatique d’une génération de constructeurs marquée d’une part par une volonté de retour à des valeurs traditionnelles, et par une évolution exponentielle de la performance technologique d’autre part. Son utilisation dans la construction soulève en conséquence de nombreux questionnements pour les architectes et les ingénieurs.
    Afin que la terre crue ne demeure pas l’objet d’un simple engouement épisodique mais puisse s’élever au rang de véritable alternative constructive, il convient de penser aussi bien en termes de philosophie du matériau que de matérialité.

    TERRABLOC

    bureau rue du Beulet 4 - CH-1203 Genève
    site de production - chemin des Grangettes 3 - CH-1165 Allaman

    info@terrabloc.ch - www.terrabloc.ch

    Rodrigo FERNANDEZ : + 41 79 412 74 15
    Laurent de WURSTEMBERGER : + 41 79 219 85 33

    Partager via Gmail

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique